23/11 - Thierry Henry qui a fait une main grossière face à l'Eire lors des barrages pour la Coupe du Monde 2010 indique dans les colonnes de l'Equipe qu'il a pensé à quitter l'Equipe de France définitivement.
Le capitaine des Bleus estime que son plus grand regret est explosion de joie à la fin du match : " Je n'aurais pas dû faire ça. Mais franchement, c'était incontrôlable. Après tout ce qu'on avait subi... Ça, oui, je le regrette "
Effectivement, la joie excessive du joueur après une qualification tant controversé a du gêner beaucoup de monde mais sûrement moins que le geste lui même. Comme l'avait constaté Bixente Lizarazu sur TF1, ce n'est pas une main que l'attaquant barcelonais avait fait mais deux. Avec cette double main, le mot involontaire n'a plus de sens.
"Après tout ce qu'on avait subi " : De quoi parle "exactement" le capitaine tricolore ? Comme à son habitude, Thierry Henry qui était intervenu au 20 heures de TF1 après son altercation avec Raymond Domenech laisse planer des suppositions. On pouvait attendre du journal l'Equipe beaucoup plus.
Ensuite Henry met sur le gril ses amis de la FFF : "Au lendemain du match, et même le surlendemain, je me suis senti seul, vraiment seul. Ce n'est qu'une fois que j'avais adressé mon communiqué, que les gens de la Fédération française se sont manifestés."
Dans les fameuses personnes de la FFF que remet en cause Thierry Henry, on y trouve son ami et ancien coéquipier, Lilian Thuram en tant que représentant des sportifs d'élite du Conseil Fédéral de la Fédération Française de Football.
On attend avec impatience la réaction de Lilian Thuram, à moins que celui-ci ne nous lance en plein visage "un devoir de réserve" qui tomberait bien pour l'ancien Bleu.
Ensuite la personne qui a tout de même manqué de fair play se victimise et indique qu'il aurait soit-disant pensé à quitter l'Equipe de France : Oui, je me suis posé la question. Sans l'appui de mes proches, je n'aurais peut-être pas eu la même réflexion. Mais là, c'est décidé, je me battrai toujours jusqu'au bout. Même si ce qui vient de se passer restera gravé. Tu peux toujours pardonner mais tu ne peux pas toujours oublier."
Si cela continue, la "victime du système", Thierry Henry se verra décerner le "prix nobel du fair play" par Nelson Mandela lors de son arrivée en Afrique du sud.

Tag(s) : #Clash Foot - Archives articles

Partager cet article

Repost 0